RLF (Revue Laitière Française) 27 février 2014 à 08h00 | Par L. DUHAMEL

2013-2023 - Les projections encourageantes de la Commission européenne

La Commission européenne a délivré son rapport annuel des perspectives à 10 ans du marché agricole européen. Porté par une forte demande internationale, le secteur laitier devrait croître d'ici à 2023.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Production et exportations en 2023
comparées à la moyenne 2010-2012
Production et exportations en 2023 comparées à la moyenne 2010-2012 - © R.d

 

L'industrie semble avoir déjà anticipé la fin des quotas en 2015, mais les contraintes environnementales dans certains pays membres devraient freiner la croissance de la production laitière. Celle-ci devrait cependant atteindre les 150 millions de tonnes en 2023 dans l'UE à 28. Il faut aussi compter avec le climat. L'année dernière malgré l'attribution d'une hausse des quotas de 1 %, les mauvaises conditions climatiques ont contribué à une sous-utilisation de 6 % des quotas (- 7,4 % en France). La production moyenne devrait néanmoins progresser de 2,7 % par an. La hausse progressive reposera sur une amélioration de la productivité par vache de façon à pallier l'augmentation des coûts opérationnels notamment l'alimentation et l'énergie. Notons que la part des pays les moins productifs, à savoir la Bulgarie et la Roumanie (3 340 kg/vache et 3710 kg/ vache en 2012 respectivement), devrait baisser. Avec une forte demande domestique et internationale, la production fromagère devrait absorber la plus grande partie de la production additionnelle. En 2023 elle représenterait 10,7 millions de tonnes avec près de 1 million de tonnes à l'export.

 

DE NOUVEAUX MARCHÉS POUR LE FROMAGE

 

Au-delà des marchés historiques comme la Russie et les États-Unis, les fabricants de fromages européens travaillent sur de nouveaux marchés prometteurs non seulement en Asie mais aussi au Brésil, en Algérie et en Egypte. Et qui dit fromage dit lactosérum. La production de poudre de lactosérum va croître de 1,5 % par an avec des exportations qui elles devraient augmenter de 3,9 % par an pour répondre à l'augmentation de la demande pour les laits infantiles et les boissons pour les sportifs.

Autre phénomène relevé par la Commission européenne, la progression importante des poudres de lait avec gras végétal (huile de palme et de noix de coco). S'il est aujourd'hui difficile de quantifier les volumes car les statistiques sont rares, les estimations calculées dans le rapport, basées sur des témoignages, font état d'une production de 1 million de tonnes en 2012.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Revue Laitière Française se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui