RLF (Revue Laitière Française) 13 mars 2013 à 14h43 | Par Bernard Griffoul

Accord pour une prime AOP et une CVO promotion

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © P. SOISSONS

 

Début mars, un accord était en voie d’être signé entre les différentes familles des AOP d’Auvergne (cantal, saint-nectaire, fourme d’Ambert, bleu d’Auvergne) pour établir un nouveau dispositif de valorisation du lait en remplacement de la cotisation volontaire obligatoire caduque depuis début 2012.
Celle-ci avait deux finalités : le retour d’une plus-value aux producteurs de lait et l’abondement d’un budget de promotion. Si les objectifs restent identiques, ils ont été scindés en deux accords, qui seront homologués par l’État. La revalorisation du lait se fera sous forme d’une prime d’entreprise. L’accord ouvre aux laiteries la possibilité de mettre en place « une grille de classement des laits susceptibles d’être utilisés pour la fabrication des AOP fromagères d’Auvergne ». Cette possibilité d’établir une grille de clasplus sement des laits commune aux filières AOP d’une région donnée a été ouverte par les modifications apportées récemment à la réglementation sur le paiement du lait à la qualité (Code rural).

 

UNE CVO DE 6 EUROS POUR LA PROMOTION

Pour déterminer la prime AOP, l’entreprise classera le lait avec un certain nombre de points, qui correspondront au taux d’utilisation du lait pour fabriquer des AOP. La valeur du point fera l’objet d’une négociation entre l’entreprise et l’organisation de producteurs. La plus- value AOP qu’ils percevront dépendra désormais du taux de transformation en fromages d’appellation dans leur entreprise. Un deuxième accord a été trouvé pour pérenniser la CVO promotion, sur les mêmes modalités que précédemment, à savoir une cotisation de 6 euros par mille litres payé par le dernier opérateur de la filière.Tous les acteurs ont confirmé également leur volonté d’établir des indicateurs économiques sur la valorisation des fromages d’Auvergne. En 2012, dans l’attente d’un nouveau dispositif, les entreprises ont continué à quelques rares exceptions près de verser une prime AOP, sur la base de l’ancienne CVO, et d’abonder le budget promotion, signe d’une réelle volonté de pousser enfin vers le haut la valorisation des fromages d’Auvergne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Revue Laitière Française se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui