RLF (Revue Laitière Française) 10 juillet 2014 à 08h00 | Par Thierry Bequeriaux

De nouveaux partenariats - Ingredia veut sceller de nouveaux partenariats

Pour sa croissance, Prospérité Fermière-Ingredia privilégiera de nouveaux partenariats aux opérations d’unions ou de fusions. Le groupe coopératif renforce sa présence sur les cinq continents et compte bien doubler de taille dans les cinq ans qui viennent.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Dans les cinq prochaines années, Prospérité Fermière- Ingredia (PFI) veut doubler de taille, tant en termes de volume que de chiffre d’affaires et atteindre la taille critique pour conforter sa place de leader européen des ingrédients.

En visant à très court terme une collecte de 400 millions de litres, le groupe coopératif du Pas-de-Calais montre qu’il reste très ouvert à de futurs contrats coopératifs. D’ailleurs, une quinzaine de producteurs Danone devraient rejoindre PFI dans les prochains mois.

Gilles Degrousilliers, 
président du groupe
Gilles Degrousilliers, président du groupe - © T. Becqueriaux

 

DES CONTRATS DE 10 ANS MINIMUM

Désormais, « nous avons ouvert un nouveau chapitre de la coopérative », ont expliqué Gilles Degrousilliers et Matthieu Arguillère, respectivement président et directeur général du groupe laitier, en soulignant l’importance d’« un besoin moral d’engagement réciproque pour les grands défis de demain ».

Les contrats liant la coopérative aux producteurs seront de dix ans minimum. « Après une longue période de fragilisation des relations entre la coopérative et ses adhérents, nous avons décidé de leur donner des perspectives claires », a expliqué le président de PFI lors de l’assemblée générale qui se déroulait le 4 juin dernier. C’est ainsi que le conseil a décidé l’attribution de compléments de prix et de ristournes tandis qu’il actait une augmentation de capital (un versement de 12 à 13 € les 1 000 litres pour parvenir à 22 € les 1 000 litres). Ce sont autant de décisions destinées à asseoir un peu plus l’entreprise coopérative qui veut plus que jamais « démontrer sa capacité à fédérer autour d’elle » dans ce grand bassin laitier situé au nord de Paris. Plutôt que de parler union, fusion ou regroupement, PFI estime qu’il est préférable de développer de nouveaux partenariats avec son environnement.

Matthieu Arguillère, directeur
général groupe
Matthieu Arguillère, directeur général groupe - © T. BECQUERIAUX

 

PFI VEUT RENFORCER SA GAMME DE PRODUITS

En décidant d’investir dans deux nouvelles tours de séchage sur le site de Saint-Polsur- Ternoise (dont une a été mise en fonction en février 2014 et l’autre programmée vraisemblablement pour 2016), et en développant de nouveaux partenariats régionaux, PFI veut encore renforcer sa gamme de produits. Il s’agit d’abord du marché des commodités (poudre de lait entier et lait UHT) qui concerne environ 250 millions de litres. Puis c’est le marché des protéines, des produits plus techniques utilisant quelque 120 à 150 millions de litres pour produire 15000 à 18000 tonnes de protéines. Enfin, il s’agit de la production des molécules actives pour le secteur de la santé dont le Lactium représente le produit phare, secteur dont la croissance annuelle avoisine les 15 à 20 % par an.

Parallèlement, PFI renforce sa présence sur les cinq continents, via des filiales commerciales et de nombreux partenariats. Après avoir acheté les actifs de l’Américain Kantner Ingredients Inc. (aujourd’hui Ingredia Inc.) spécialisé dans la fabrication et la distribution de mélanges et de protéines destinées à l’industrie laitière dans l’Ohio, PFI vient d’annoncer un partenariat fort avec des fermiers américains de l’État de New-York (Cayuga Milk Ingredients LLC). Ces derniers ont décidé la construction d’un outil industriel traitant 200 millions de litres de lait non loin de Syracuse. PFI leur apportera technologie et débouchés. L’usine devrait être mise en service à l’automne prochain.

DES PARTENARIATS DE PLUS DE VINGT-CINQ ANS !

1988 : premiers partenariats avec la coopérative suisse Cremo et Candia-Sodiaal permettant de renforcer la position du groupe auprès des industries agroalimentaires européennes et de répondre aux marchés du lait de consommation.

1998 : partenariat engagé avec le groupe laitier picard SFPL/VPM devenu aujourd’hui Lact’Union (synergies commerciales et industrielles).

2004 : partenariat avec la coopérative australienne Tatura.

2007 : partenariat avec Eurial/HCI (dissout en décembre 2013) et création du bureau commercial de Dubaï.

2008-2009 : création des filiales aux USA et à Singapour.

2014 : partenariat avec Cayuga Milk Ingredients LLC, groupement de producteurs laitiers de l’État de New York.

 

EN CHIFFRES

• 414 M€ de chiffres d’affaires (+4,3 % par rapport à 2012)

• 61 % du CA réalisés à l’exportation

• 3,57 M€ consacrés à la recherchedéveloppement

• 447 salariés dont 40 personnes dans l’équipe innovation

• 374 Ml collectés dans 1044 points de collecte

Chiffres 2013.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Revue Laitière Française se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui