RLF (Revue Laitière Française) 17 juillet 2017 à 08h00 | Par R.Lemoine

« IL EST TOUJOURS TEMPS DE VENIR EN CHINE »

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © R. Lemoine

AVIS D'EXPERT
Li Bei, représentante du CAFC(1) en Chine

« La concentration s’accentue en Chine. Les quinze premiers groupes laitiers réalisent 25 milliards d’euros de chiffre d’affaires, soit 54 % des recettes du secteur. Leur rôle dans la production laitière devient ainsi de plus en plus important. Un phénomène favorisé par le gouvernement. Le treizième plan national 2015-2020 vise à reconstituer la filière avec une réforme structurelle de l’offre. La Chine peut produire plus et il le faut car l’enjeu social est important. Le pays rassemble 21 % de la population mondiale. Et avec la politique du deuxième enfant, nous comptons 16 millions de naissances par an.

Entre 2011 et 2015, la Chine a importé 700 000 vaches, qui devraient produire potentiellement 6 millions de tonnes de lait par an. Le premier semestre 2016 a vu se réaliser 16 projets de nouvelles fermes, dont 11 disposent de plus de 10 000 vaches chacune. Soit, en tout, 286 000 nouvelles têtes. Et les grands groupes commencent à pratiquer l’intégration. Cette dynamique s’accompagne de la mise en place de normes d’hygiène strictes pour donner confiance aux Chinois dans la fabrication locale. Il existe 66 normes relatives aux produits laitiers. Mais, malgré tout, le pays reste déficitaire de 10 millions de tonnes et la consommation évolue fortement. En 2016, les Chinois ont consommé 900 000 tonnes de yaourt à boire. Ce chiffre devrait atteindre 1,2 million de tonnes en 2017. En 2002, la Chine importait 20 000 tonnes de fromages ; en 2015, les importations de fromages ont culminé à 75 000 tonnes. N’étant pas compétitives sur le marché de la poudre, les usines chinoises de séchage vont être réorientées vers la fabrication de lait liquide pasteurisé, UHT, fermenté.

Au-delà de toutes ces considérations, le vrai défi pour la Chine, c’est de réussir la construction des deux routes de la soie du 21e siècle, terrestre et maritime « one belt, one road », qui devrait faciliter les échanges avec l’Europe, l’Asie centrale, l’Asie du Sud-Est, l’océan Indien, l’océan Pacifique sud et la Méditerranée. Ceci concerne 60 pays riverains, 4,4 milliards d’habitants soit 63 % de la population mondiale, le tout représentant un PIB de 21 milliards de dollars. » R. Lemoine.


(1) Comité agroalimentaire France Chine, qui aide à l’établissement de relations officielles entre les deux gouvernements dans le domaine de l’agroalimentaire, et en premier lieu dans celui des produits laitiers.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Revue Laitière Française se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Revue Laitière Française
Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui