RLF (Revue Laitière Française) 02 novembre 2009 à 12h23 | Par R.Lemoine

INTERVIEW - " Un nouveau rapport à instaurer entre producteurs et industriels "

Jean Bizet est à l’origine de la résolution du Sénat contre les profils nutritionnels adressée à la Commission européenne en mai dernier et du rapport sur le prix du lait dans les Etats membres de l’Union européenne paru en juillet dernier. Que retient l’homme politique des turbulences de la filière laitière ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer


Qu’en est-il du projet de règlement européen sur les profils nutritionnels ?

Jean Bizet 
A l’initiative du président, José-Manuel Barroso, la Commission européenne a retiré cette proposition.
Il est indispensable d’avoir des relations étroites avec les partenaires de la transformation. Si je n’avais pas été alerté par les industriels, le document n’aurait pu être examiné par le Sénat et les conséquences sur une filière qui allait entrer en crise, auraient été dévastatrices.
Nous veillons aujourd’hui à ce que le gouvernement français s’oppose à de nouvelles propositions de seuils de nutriments qui plaident pour la consommation des seuls produits standardisés et condamnent sans raison valable nos fromages.


En cette période de crise du secteur laitier que faut-il retenir du rapport que vous avez publié en juillet dernier sur le prix du lait dans l’UE ?

Jean Bizet
Les producteurs ne peuvent pas faire abstraction de l’existence des marchés.
Mais les Pouvoirs publics doivent pour leur part être prêts à utiliser avec plus de réactivité et d’ampleur les outils de régulation européens que sont l’intervention et les restitutions pour éviter la volatilité des prix.
La transformation pour sa part, ne peut pas ignorer le lien qui lie les producteurs au territoire. Elle doit respecter les producteurs si elle veut assurer sa pérennité sur ces territoires.

La crise a démontré qu’en France, le prix du litre de lait à la production est le plus cher d’Europe…
On a donc des marges de manoeuvre à la fois étroites et multiples : prix de la main-d’oeuvre plus élevé par rapport à l’Allemagne, différentiel sur l’amortissement des matériels d’élevage… contingences environnementales et administratives relativement plus lourdes. Il faut rapidement rétablir cette compétitivité. Il y aura des restructurations chez les transformateurs mais aussi chez les producteurs.


Quelles solutions préconisezvous ?

Jean Bizet
Il faut élaborer de nouveaux outils de régulation mais aussi une nouvelle forme de rapport entre producteurs et industriels à travers un contrat souple, réactif, intégrant la nécessité de préserver le rôle de l’éleveur dans l’aménagement du territoire.
Enfin, il faut réécrire la loi LME car le rapport de force avec les distributeurs est choquant. Les transformateurs doivent développer des relations plus harmonieuses avec les producteurs pour peser sur la grande distribution qui capte la majorité de la valeur ajoutée de la filière. Je suis persuadé que l’agriculture en France a de beaux jours devant elle, mais il faut qu’elle reste unie pour passer le cap des mutations.
Enfin, le gouvernement doit comprendre que les agriculteurs sont une grande richesse nationale et éviter d’augmenter indéfiniment les contingences en matière d’environnement et de bien-être animal quand les pays voisins sont loin d’appliquer avec autant de sévérité les mêmes règles. Cela crée une distorsion de concurrence insupportable moralement et financièrement. Si on désespère les agriculteurs, il sera difficile d’occuper demain l’ensemble du territoire et l’on risque de s’apercevoir un peu tard que leur rôle… était indispensable.

RITA LEMOINE

 

 « FACE À LA RÈGLEMENTATION EUROPÉENNE LES PASSERELLES ENTRE LES PROFESSIONNELS ET LES POLITIQUES SONT NÉCESSAIRES. »

Jean Bizet
Jean Bizet - © DR

Jean Bizet est sénateur de la Manche et vice-président de la Commission des affaires européennes du Sénat.

Cette Commission examine tous les textes et documents de travail qui émanent de la Commission européenne deux ans avant leur publication officielle sans qu’ils transitent par le gouvernement.

Elle peut ainsi les expertiser et adresser des recommandations à la Commission européenne directement et l’amener même à revoir sa copie comme cela a été le cas sur le dossier des profils nutritionnels.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Revue Laitière Française se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Revue Laitière Française
Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui