RLF (Revue Laitière Française) 08 septembre 2014 à 08h00 | Par Anne-Caroline Renard

Les « Concentrés » Yopa ! et Danio - Alain Klapisz, directeur Stratégie et Insight Danone Produits Frais

Tous les clignotants sont au vert pour le « concentré » Danio, qui génère de l’additionnel sur le marché de l’ultrafrais tout en créant de la valeur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © R.d

 

Pourquoi avoir positionné Danio sur le snacking ?

Alain Klapisz - Danio s’inscrit dans notre stratégie de création de valeur et de développement de la catégorie. Il s’agissait de réinventer le yaourt. L’ultrafrais est consommé à 83 % en fin de repas. Or 8 Français sur 10 prennent un en-cas en dehors des repas. Danio est le premier en-cas de l’ultrafrais. C’est une offre plaisir équilibrée sur le plan nutritionnel. Faible en matières grasses (0 %, 2,4 % ou 2,9 % selon les variétés) mais riche en protéines (12 g par pot en moyenne) et d’une texture super consistante, il répond à un besoin de satiété. C’est sa promesse centrale.

 

On fait le parallèle avec l’engouement pour le « greek style yogurt » aux États- Unis…

A. K. - Les yaourts à la grecque sont souvent riches en matières grasses, contrairement à Danio. Et c’est un produit totalement différent. Il est issu d’un process de fermentation du yaourt associé à un procédé d’égouttage permettant de concentrer les protéines naturellement présentes dans le lait et d’obtenir une texture et un goût unique. Par ailleurs, aux États-Unis, le séquençage des prises alimentaires fait qu’elles peuvent être repas ou snack. Cette structuration de la consommation n’a rien à voir avec celle de la France.

 

Quels résultats pour Danio ?

A. K. - C’est un grand succès. Danio a le meilleur taux d’essai de toutes les innovations de l’alimentaire des 20 dernières années. Son taux de ré-achat (40 % à 5 mois) est le plus élevé de l’ultrafrais. Il constitue un acte d’achat prémédité dans 80 % des cas. Il est consommé à 60 % en snack. C’est une alternative à des biscuits dans 30 % des cas. Et surtout, les consommateurs de Danio augmentent leur consommation d’ultrafrais de 8,8 % et ses fidèles de 11 %.

 

Etes-vous en concurrence avec Yopa! ?

A. K. - Non, car 62 % de la consommation de Yopa ! se fait en fin de repas. Et elle se substitue à un autre produit ultrafrais dans 80 % des cas. À l’inverse, Danio génère de l’additionnel. Implanté à la fois au rayon ultrafrais, près des yaourts aux fruits, et au rayon snacking, il participe au développement de la catégorie. Nous avons créé un segment qui pèse près de 1 % de l’ultrafrais en volume et 1,5 % en valeur.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Revue Laitière Française se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui