RLF (Revue Laitière Française) 26 octobre 2012 à 17h49 | Par R.Lemoine

Questions à - Michel Nalet (Lactalis), nouveau président d’EDA, European dairy association

Lors de l’assemblée générale d’EDA (association des entreprises laitières européennes.) qui s’est tenue fin septembre dernier à Ljubljana en Slovénie, Michel Nalet, directeur des relations extérieures du groupe Lactalis, a été élu président.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Michel NALET, président d’EDA. « Maintenir une industrie laitière européenne durable et profitable, me paraît être l’un des axes de travail prioritaires. »
Michel NALET, président d’EDA. « Maintenir une industrie laitière européenne durable et profitable, me paraît être l’un des axes de travail prioritaires. » - © R. LEMOINE

RLF - Qu’est-ce qui a motivé votre candidature à la présidence d’EDA?

Michel Nalet - Ce sont les défis auxquels l’industrie laitière sera confrontée dans les années à venir qui me motivent. Je pense notamment à l’abolition des quotas en 2015, aux développements suite à la mise en oeuvre du Paquet Lait dans plusieurs pays européens et aux efforts de l’industrie laitière dans le domaine du développement durable. Des chantiers que mes prédécesseurs ont mis en route et que je m’engage à poursuivre.

 

RLF - Comment envisagez-vous les missions d’EDA ?

M. N. - La mission d’EDA reste d’assurer le développement durable et profitable de l’industrie laitière en Europe à travers des contacts avec les décisionnaires européens à Bruxelles. Il va de soi qu’EDA continuera aussi à souligner l’importance du lait et des produits laitiers pour une alimentation saine et équilibrée


« Ce sont les défis à venir qui me motivent »


RLF - Quels sont les axes de travail qui vous paraissent prioritaires ?

M. N. - Premièrement, le maintien d’une industrie laitière européenne profitable et durable à travers des actions importantes comme l’abolition des quotas en 2015, la mise en oeuvre du Paquet Lait et des mesures proposées dans le cadre de la PAC (Politique agricole commune) 2020. EDA souhaite que les décisionnaires européens sauvegardent l’approche du marché unique. Un autre dossier me paraît important bien qu’à un autre niveau : nous continuerons à mettre l’accent sur les qualités nutritionnelles du lait dans toutes nos activités de communication.

 

RLF - Ces dossiers sont-ils de nature à rassembler une industrie laitière européenne hétéroclite ?

M. N. - EDA est avant tout une association d’associations nationales. Les activités d’EDA sont mises en oeuvre pour défendre les intérêts de l’ensemble de l’industrie laitière européenne. La concurrence entre les entreprises pèse moins, puisque chaque résultat obtenu est en faveur de l’ensemble de l’industrie laitière. De plus, les axes prioritaires décrits ci-dessus sont aussi des défis pour chacune de nos sociétés. Une approche commune est souvent bénéfique pour nous tous.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Revue Laitière Française se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Revue Laitière Française
Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui