RLF (Revue Laitière Française) 27 mai 2013 à 08h00 | Par ANNE-CAROLINE RENARD

SUPERFRUITS ET ANTIOXYDANTS - Les baies du succès

Si les transformateurs ne peuvent plus alléguer du pouvoir antioxydant des fruits, leurs propriétés nutritionnelles demeurent. Et leur présence, en particulier celle des baies, attire le consommateur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La cranberry et la fraise
pour le goût, l’acérola
pour la vitamine C.
La cranberry et la fraise pour le goût, l’acérola pour la vitamine C. - © R.d

La réglementation sur les allégations santé a mis un coup d’arrêt aux revendications portant sur le pouvoir antioxydant des fruits. Coïncidence ? « Après un pic il y a deux-trois ans, notamment dans les boissons, l’intérêt des industriels pour les superfruits semble être quelque peu retombé », note Yannick Troalen, consultant Tendances & Innovation chez Mintel. Certes, à l’origine, l’arrivée en Europe de certaines marques américaines a suscité un engouement. Soutien en communication aidant. Mais là où Ocean Spray a réussi à s’imposer, sur la cranberry, d’autres, comme Pom’Wonderful, sur la grenade, n’ont jamais vraiment percé. L’analyse par Mintel des lancements de l’industrie agroalimentaire européenne entre 2009 et 2012 le montre. La cranberry arrive largement en tête des « superfruits » utilisés, suivie de loin par la grenade, le guarana et l’acérola. Un succès sans commune mesure avec celui, assez limité, de la baie de goji ou de l’açaï.

 

 

Pourtant, quelques années auront suffit pour faire rimer superfruits et antioxydants dans l’esprit du consommateur. Même si leur richesse en fibres, vitamines, minéraux et autres nutriments leur conférent des qualités nutritionnelles spécifiques fait aussi partie de leur définition. Mais l’indice ORAC (Oxygen Radical Absorbance Capacity) développé par l’USDA (United States Department of Agriculture), pour mesurer la teneur en antioxydants dans l’ensemble des aliments, a fait émerger açaï, myrtille sauvage, cranberry, mûre, framboise et autres baies au rang des fruits anti-vieillissement. Même si prune, date, raisin… en font aussi parti. « Le marketing s’en est emparé. Et l’on est allé cher- cher dans des régions de plus en plus reculées de nouveaux » superfruits « à proposer aux consommateurs occidentaux », commente Sophie de Reynal, de Nutrimarketing. Logique théorique des choses : plus les végétaux poussent dans des conditions extrêmes, plus leurs fruits accumulent des éléments nutritionnels pour assurer leur survie.

Culinaire et haut de gamme,
l’image du cassis évoque
moins la santé que celle
des autres baies.
Culinaire et haut de gamme, l’image du cassis évoque moins la santé que celle des autres baies. - © R.d

 

ACTIMEL JOUE SUR L’ACEROLA ET LES FRUITS ROUGES

 

« On est passé d’un superfruit à l’autre, sans que le goût soit forcément au rendez-vous. On semble revenir aujourd’hui à des fruits plus classiques », juge Yannick Troalen. Ou tout au moins bénéficiant d’une large acceptation. Témoins, les récents lancements de boissons superfruits aux marques Joker et Fruité. Cette dernière, par exemple, privilégie grenade, cranberry,myrtille et leur association avec du cassis et du raisin. S’inscrivant dans la tendance. Car, « les baies sont très à la mode, pour leur pouvoir antioxydants, même s’il n’est pas revendiqué. On sait que plus un fruit est coloré, plus il est riche en antioxydants », souligne Sophie de Reynal. Dans le secteur laitier toutefois, les caractéristiques nutritionnelles des fruits restent peu exploitées. « Les yaourts n’en contiennent pas suffisamment pour ce faire, même si leur image de produits vivants peut évoquer auprès des consommateurs une teneur en fruits supérieure à celle des compotes, par exemple », reprend Nutrimarketing. D’ailleurs, la gamme Fruitée Superfruits de Savoie Yaourt, lancée en mai 2011, n’aura pas tenu plus de 8 mois en rayon. À l’inverse, « en Allemagne et dans d’autres pays du nord de l’Europe, Danone commercialise avec un certain succès depuis 2010, Actimel Powerfrucht », souligne Mintel. La revendication immunitaire du L. Casei a été remplacée ici par l’apport naturel de vitamine C de l’acérola. Mais côté parfums, les baies dominent, avec les références fraisecranberry, myrtille, framboise… En France, en revanche, Actimel vitamine C associe l’acérola à des parfums citron, orange ou kiwi. « Les superfruits sont plus présents dans d’autres pays européens, comme l’Allemagne, du fait de leur modèle de consommation », commente João Miranda, président du groupe Frulact, l’un des cinq premiers fabricants européens de préparations de fruits. De fait, l’Allemagne se classe en tête des lancements de produits laitiers avec cranberry, suivie par le Royaume-Uni, la Pologne, la Russie et la Finlande(1). Mais si la cranberry, entre en Europe, dans de nombreuses catégories de produits laitiers (yaourts en pot ou à boire, et dans une moindre mesure, fromages blancs et desserts lactés, mais aussi fromages à pâte dure et semi-dure, fromages frais…), elle n’arrive qu’en huitième position parmi les baies utilisées dans les produits laitiers. La fraise domine, suivie de la framboise, de la myrtille, de la mûre, de la baie de sureau, du raisin et du cassis

 

(1) Source Mintel – janvier 2009 à décembre 2012


João Miranda, président
du groupe Frulact
João Miranda, président du groupe Frulact - © r.d

AVIS D'EXPERT

« DAVANTAGE DE FRUITS ANTIOXYDANTS DANS L’ULTRAFRAIS LAITIER »

« Ces dernières années, les lancements de produits ultrafrais laitiers contenant des fruits antioxydants, en particulier le cassis et la myrtille sauvage, ont progressé en France. Ils ont été encore plus nombreux en 2011 et 2012, en dépit de l’avis défavorable de l’EFSA sur l’allégation antioxydant. Les fabricants les associent souvent avec des fruits qui, comme la cranberry, sont incontestablement connus, sur le plan marketing, comme des » superfruits «. Mais la communication s’appuie aujourd’hui sur leur richesse en vitamines, et non plus sur leurs propriétés antioxydantes. Chez Frulact, nous avons optimisé le process de fabrication des préparations de fruits pour améliorer la préservation de ces nutriments. C’est le résultat d’un programme de recherche visant à comprendre l’impact de chaque étape de la transformation sur les composants phytochimiques du fruit. »

 

ILS ONT DIT...

Originaire du Brésil, le guarana, déjà présent dans les jus de fruits en Espagne, pourrait émerger à la faveur de la Coupe du monde de football de 2014 et des Jeux olympiques de 2016. »

Yannick Troalen, consultant Tendances & Innovation chez Mintel

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Revue Laitière Française se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui