RLF (Revue Laitière Française) 20 février 2015 à 08h00 | Par A-M. Paulais

Un milliard d’euros investis

Au cours des trois dernières années, les entreprises laitières françaises ont annoncé d’importants investissements. Le Cniel a recensé plus de 73 projets, mis en oeuvre par 48 entreprises au sein de 44 départements pour un montant de plus d’un milliard d’euros.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Cniel

 

Signe des temps et du développement du grand export, en 2014, les investissements annoncés ou finalisés en France concernent avant tout les produits laitiers secs. Laïta met en oeuvre un plan d’investissement de 80 millions d’euros, visant à accroître sa capacité de transformation de 15 %. Il prévoit la modernisation de plusieurs sites : installation de complexes de déminéralisation de lactosérum à Landerneau (29) et Créhen (22), spécialisation de la tour Multi-Stage-Drier d’Ancenis (44) dans le séchage de produits fermentés. Il comprend également la construction sur le site de Créhen d’une nouvelle tour de séchage d’une capacité annuelle de 30 000 tonnes et d’un atelier de conditionnement de lait infantile pour un montant de 60 millions d’euros.

 

DES INVESTISSEMENTS SUR LES PRODUITS LAITIERS SECS

En 2014, le groupe chinois Synutra annonce la mise en oeuvre d’une deuxième phase d’investissement sur le site qu’il construit actuellement à Carhaix (29) avec son partenaire Sodiaal ; 46 millions d’euros supplémentaires sont ainsi apportés dans l’installation d’un atelier de conditionnement.

Lactalis investit 6,5 millions d’euros à Rouvroy-sur-Audry (08) pour mettre en place une nouvelle ligne de fabrication d’ingrédients secs pour la nutrition infantile et celles des seniors. Après la reprise fin 2013 du fabricant de lait infantile Sodilac, le groupe Bongrain investit également dans sa filiale Armor Protéines, notamment avec un projet de 11,8 millions d’euros sur le site de Loudéac (22). L’Union des producteurs de Beaufort construit une usine de fabrication de concentrés de protéines sériques (WPC 80) à Albertville (73) pour un montant de 12 millions d’euros. Nestlé installe sur son site de Challerange (08) un deuxième évaporateur qui permettra de porter la capacité annuelle de fabrication de poudre de lait du site de 15 000 à 22 000 tonnes par an, moyennant un investissement de 12 millions d’euros. Ingredia, qui a mis en service sa nouvelle tour de séchage sur le site de Saint-Pol-sur-Ternoise (62) suite à un investissement de 28 millions d’euros, annonce l’acquisition de Galactis Pharma, un fabricant de peptides pour l’industrie pharmaceutique. Et en janvier 2015, Isigny Ste Mère qui a investi 50 millions d’euros avec le Chinois Biostime annonce la production des premiers kilos de poudre de lait infantile.

 

SUR LES FROMAGES ET LE LAIT DE CONSOMMATION

Les PME fromagères n’ont pas été en reste, notamment la coopérative des Erythrones (5,3 millions d’euros) à Aromas (39), Dongé (9 millions) à Triconville (55), la laiterie coopérative de Yenne (3 millions) en Savoie, Delin (8 millions) à Gilly-les-Citeaux (21), l’affineur Marcel Petite (4 millions) à Granges Narboz (25), Chabert (3 millions) à Vallieres (74) et Milleret à Charcenne (70).

Sodiaal inaugure une nouvelle ligne de conditionnement de lait frais à La Talaudiere (42), suite à un investissement de 4 millions d’euros. La Laiterie Saint Denis de L’Hôtel annonce 25 millions d’euros d’investissement pour diversifier l’activité de conditionnement de ses deux sites localisés à Saint Denis de L’Hôtel (45) et à Varenne (36). La laiterie de Verneuil investit 4,2 millions d’euros pour accroître sa capacité de stockage et installer une nouvelle ligne de lait UHT de type ‘square’. La laiterie Saint-Père, filiale du groupe Intermarché, augmente sa capacité annuelle de conditionnement de lait UHT de 180 à 230 millions de litres, moyennant un projet de 20 millions d’euros.

 

ET DANS LE DOMAINE DE L’ULTRA-FRAIS

Dans le domaine des produits ultra-frais, Sill reprend Le Petit Basque. Senoble annonce un investissement de 10 millions d’euros pour installer de nouvelles lignes de fabrication de desserts lactés à Aytre (17). Début 2015, il cède à Agrial sa participation de 49 % dans leur joint-venture Senagral.

Par ailleurs, des négociations sont en cours avec le groupe américain Schreiber pour lui céder ses deux usines espagnoles. Triballat Noyal finalise la construction d’une troisième usine à Noyal-sur- Vilaine (35), spécialisée dans les produits ultra-frais biologiques, moyennant un investissement d’environ 10 millions d’euros. Lact’Union annonce un plan d’investissement de 25 millions d’euros sur 3 à 4 ans au sein de son site d’Abbeville (80), qui lui permettra de doubler ses capacités de recherche et de développement. Dans le cadre de son partenariat avec Sodiaal, la CLHN investit 7,5 millions d’euros sur son site de Maromme (76) pour le doter d’un centre de microfiltration. Enfin, Häagen Dazs étend la capacité de son site de crèmes glacées localisé à Tilloy-les- Mofflaines (62), moyennant un investissement de 19 millions d’euros.

 

Cet article reprend des éléments d’une synthèse dressant un panorama complet des événements de l’industrie laitière européenne qui sera publiée dans le dossier de l’économie de l’Institut de l’élevage sur l’année laitière 2014. Une synthèse similaire sur les pays tiers sera réalisée au mois d’avril.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Revue Laitière Française se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui