RLF (Revue Laitière Française) 11 avril 2018 à 10h00 | Par FRANCK JOURDAIN

Even - Le groupe reste fidèle à sa stratégie

Dans un exercice 2017 de forte volatilité, le groupe laitier Even a vu son chiffre d’affaires progresser de 4 % à 2,2 milliards d’euros.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
A gauche, Christian Couilleau,
directeur général d’Even, à droite
Guy Le Bars, président.
A gauche, Christian Couilleau, directeur général d’Even, à droite Guy Le Bars, président. - © F. JOURDAIN

Le groupe coopératif breton doit le bond de ses ventes à la flambée des cours de la matière grasse. Even intègre dans ses comptes l’industriel Laïta (58 % de son chiffre), ses sept usines et ses 2 800 salariés, un peu moins de la moitié de ses effectifs totaux qui atteignent 6 100 salariés. Laïta produit dans l’année 35 000 tonnes d’emmental, 20 000 tonnes de pâtes molles, 45 000 tonnes de beurre, 60 000 tonnes d’ultrafrais et 80 000 tonnes d’ingrédients laitiers secs. Avec des marques connues, tel que Paysan Breton, Régilait, Mamie Nova, Recettes de Madame Loïk.

 

INNOVATION, INVESTISSEMENT ET INTERNATIONAL

 

Sur les marchés laitiers où la volatilité devient structurelle, « nous avons la volonté de maîtriser notre destin », a indiqué le président du groupe, Guy Le Bars. Even poursuivra donc sa stratégie, qui passe par l’innovation, l’investissement et l’internationalisation. Avec un nouvel item depuis peu : l’efficience, qu’elle soit environnementale ou économique. Au chapitre de l’innovation, Even cherche à créer de la valeur pour garantir à ses adhérents (1 370 apporteurs de lait) la meilleure rémunération. À l’innovation en interne, Even ajoute la recherche d’innovation externe en soutenant ici un fonds d’investissement dédié et crée un concours d’innovations appelé Even Up. En parallèle, le groupe poursuit ses efforts industriels : il a injecté 90 millions d’euros en 2017, notamment dans la construction de son usine de séchage de Créhen orientée poudres infantiles. Cette année, il a budgété une cinquantaine de millions d’investissements, notamment pour améliorer la découpe et le conditionnement de son usine d’emmental et développer la différenciation des produits de ses beurreries. Sur le plan international enfin, Laïta réalise déjà 30 % de ses ventes à l’exportation mais compte bien renforcer sa présence en Asie avec ses poudres infantiles. Even continue de développer son deuxième métier, la distribution alimentaire (30 % des ventes, 3 040 salariés) en France aux consommateurs et aux professionnels de métiers de bouche.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Revue Laitière Française se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui