Anciens numéros

10 anciens numéros

Revue Laitière Française 723
Juillet-Août 2012
Afficher l'édito

L'édito de Rita Lemoine

Cohérence


Après le bio, voici le bio local. Du lait au plus près des usines, une notion qui commence à prendre corps car le bio a besoin de gagner en cohérence pour consolider ses positions. Ce sont les ingrédients du développement durable et équitable qui pourraient demain créer cette cohérence. Certains ont saisi cette logique et osé signer Bio Cohérence intégrant à la démarche bio, des critères sociaux, économiques et environnementaux. Il ne faut pas oublier que le consommateur est certes consommateur, mais aussi et souvent en même temps citoyen préoccupé d’enjeux collectifs. Le souci de la naturalité, s’accompagne fréquemment de souci des origines. Un effort est également à porter sur les emballages pour réduire leur empreinte environnementale et être ainsi en phase avec l’évolution qui s’opère autour du concept bio. Mais le Français serait-il partant pour troquer sa bouteille de lait bio contre une brique sans bouchon? Rien n’est moins sûr et c’est là tout le paradoxe qu’il faut gérer. Le consommateur-citoyen plaide pour des produits bio, locaux, d’une grande qualité, qui respectent l’environnement et qui soient abordables en termes de coût. Reste donc à trouver le bon compromis pour ne pas tuer la poule aux oeufs d’or, d’autant que les disponibilités en lait bio sont sur le point d’atteindre le seuil d’équilibre offre/demande.

Revue Laitière Française 721
mai 2012
Afficher l'édito

L'édito de Rita Lemoine

Faire du beau avec du lait


Rita Lemoine

Une mission prioritaire qui a pour objectif de redonner l’envie de lait aux plus récalcitrants et revaloriser ce marché qui totalise 15 % des débouchés du lait matière première. Une des clés est le conditionnement peu glamour, peu porteur de rêve alors que tout dans le lait invite à la confiance et à la détente. La deuxième, c’est la mise en scène dans la grande distribution où le lait est relégué au fond du magasin comme un produit de seconde zone avec pour effet de tuer toute spontanéité. A quand la rébellion du lait? Quelques mouvements sont lancés. Ils restent toutefois timides. Pour preuve, le recul significatif des investissements publicitaires l’année dernière. La mobilisation doit se faire sur tous les fronts pour inverser la tendance et cela semble réalisable. Car, conjuguant les paradoxes, le lait offre des champs de développement incroyables. Il est un et multiple, essentiel et basique, moderne et sanctuarisé, tantôt aliment, tantôt boisson, diététique et nourrissant, se boit chaud ou froid, s’utilise en tant qu’entité ou en tant qu’ingrédient… Il est temps de porter toutes les impressions imaginables sur cette toile blanche afin que boire du lait devienne un acte moderne.Toutes les fantaisies créatives sont permises. L’imaginaire positif, intact et universel du lait est une réelle aubaine. A vos pinceaux !

Revue Laitière Française 719
Février 2012
Afficher l'édito

L'édito de Rita Lemoine

Réorganistion

Ce mois de mars se tient l’assemblée générale de la FNPL. Le syndicat majoritaire des producteurs devrait présenter les projets en gestation et préciser les échéances. En avril, Henri Brichart, l’actuel président cèdera la place à l’un des deux candidats actuellement en liste : Patrick Ramet de Haute- Savoie et Thierry Roquefeuil du Lot. Mais le challenge qui a mobilisé les rangs de la FNPL ces derniers mois et qui le mobilise encore aujourd’hui, est la mise en place des organisations de producteurs (OP). La privatisation des relations entre les producteurs et les entreprises se précisant, alors que les Pouvoirs publics s’acheminent vers un retrait de la gestion des quotas, définitif en 2015, il s’agit maintenant de trouver un lieu de dialogue où tous les courants peuvent être représentés ; y compris les OP qui sont amenées à devenir une composante importante du paysage laitier. On est donc en droit de s’attendre à des évolutions de structures. La conjoncture économique qui reste favorable et c’est tant mieux, pourrait profiter à la mise sur pied de ce qui préfigurera la nouvelle organisation de la filière. Bruxelles ayant légitimé le rôle des interprofessions, le Cniel devrait rester au centre de cette construction selon la volonté des trois fédérations qui le constituent. Au moment où nous mettons sous presse, on attendait le vote du « Paquet lait » et la sortie du décret OP, sachant que la contractualisation est déjà engagée au niveau français.

Rita Lemoine

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui